RETOUR MENU ÉDITIONS

ONE STAR HOTEL

GILLES FAVIER
(FRANCE / AGENCE VU')
www.gilles-favier.com




Édition : OffSète Éditions
Collection : n°1 de la collection PoP* (*Petit Objet Photographique)
Texte : Rémy Fière
Sortie : 15 décembre 2012
Français
Série limitée 99 exemplaires (numérotés et signés) 
ISBN : en cours
98 €



Gilles Favier, auteur photographe, membre de l’Agence VU, collaborateur de Libération, directeur artistique du festival ImageSingulières, nous offre là un travail intimiste composé aux grès de ses rencontres, invités d’un soir dans une chambre d’hôtel une étoile pour une séance photo insolite. Plongé dans l’obscurité, avec la seule lumière d’une lampe de poche, le photographe dessine les corps, les visages qui s’offrent à la sensibilité de son appareil. Ces images dévoilent le regard humaniste de ce photographe au long court. Un travail qui a inspiré à son ami de longue date, Rémy Fière, journaliste formé à l’école Libé, désormais à L’Équipe Magazine, compère de reportages et de joutes sétoises, un texte poétique et humaniste puisé dans les souvenirs que chacun de nous pourrions avoir de ces lieux de passage, ces chambres d’hôtel une étoile.

Ils portent souvent des noms simples, quoique beaux à pleurer… L’Hôtel du Paradis, celui de la Fidélité, comme tant d’autres, ne m’ont jamais promis rien de plus que quelques instants de repos. Même au Terminus - et encore, je n’en suis pas certain - , le prix de l’éternité n’a jamais été tarifé, car dans ce type d’établissement, personne ne songe à y dévider plus que sa vie. Ces lieux d’accueil souvent modestes sont de passage, comme moi, comme vous. Hôtel du Départ, Hôtel de l’Arrivée, peu importe, j’ai dû toujours monter l’escalier, mettre la clé dans la serrure, pousser la porte. Havre de bouts du monde, de bout de soirées où il n’y a plus qu’à tout laisser tomber. Sur le : draps fripés, traversin déplumé, sommier si las du poids des ans, matelas défoncés par la fatigue d’une humanité au corps parfois cruellement défait. J’ai aussi entendu le robinet qui goutte, les cris de la fille d’à-côté, le cliquetis d’une arme, senti plein nez les odeurs tenaces, clope, sexe, alcool, mort derrière la cloison. Le re(n)fermé, au propre moins qu’au figuré, c’était moi. Lorsque, d’une porte qui claque, je dégommais ma journée et lançais une nuit poinçonnée par le sommeil. Ou alors, mais la faute en incombait à l’excitation de l’endroit, lorsque je parvenais à garder l’œil ouvert et, de ces instants de vie à l’horizontale, tirais des plaisirs égoïstes. One Star, prétend l’angliciste sans que je sache s’il évoque l’intérieur sans apprêt de ces chambres sans écho, ou la luminescence intemporelle de rencontres inavouables. Une étoile certes, mais tant d’autres autours.


_Rémy Fière






“One Star Hôtel”, un petit objet intime à lire ou à exposer...

Un coffret en carton “populaire” imprimé en typographie, contenant six pages de texte et quinze photographies originales, tirées par Vladimir Vasilev, en noir & blanc, à l’encre charbon EB6 sur papier Innova soft textura à 315 gr/m3, au format de 13x15 cm.

Ce coffret au format 14x17 cm a été tiré à 99 exemplaires numérotés et signés au colophon par les auteurs.

Contact : OffSète Éditions
Emmanuel Bégou – Tél : 06 63 13 42 79
www.offsete.fr